Interview de Sébastien Turpin, coordinateur de Vigie Nature école.

« Vigie Nature1, programme de sciences participatives, ouvert à tous les curieux de nature, constitue un apport essentiel à l’écologie urbaine » déclare Sébastien Turpin, coordinateur de Vigie Nature2 école.

« Porté depuis 1989 par le Muséum national d’Histoire Naturelle,  Vigie-Nature  s’appuie sur un réseau d’observateurs et de partenaires qui permet à la fois de massifier les données et de pratiquer des observations là où les naturalistes n’ont habituellement pas accès » reprend Sébastien Turpin.

« Vigie-Nature permet de recueillir par exemple des données dans des espaces comme les jardins privés et les cours d’école» ajoute-t-il. Différentes études ont montré que si un jardin individuel a finalement peu d’impact sur la biodiversité, l’ensemble des jardins constitue un élément important de la diversité végétale urbaine et approvisionne les oiseaux et les insectes en nourriture3. Les données collectées et analysées par Vigie-Nature enrichissent les connaissances en écologie urbaine.  « Vigie-Nature a notamment  démontré les impacts contrastés des pesticides employés par les particuliers sur les papillons et les bourdons dans les jardins privées en France. Ce travail a fait l’objet d’une publication» ajoute le coordinateur de Vigie-Nature École.

Cette publication comme toutes celles qui ont été réalisées par Vigie Nature est le résultat de la collecte des six types d’observateurs bénévoles (naturalistes confirmés, gestionnaires d’espaces verts, agriculteurs, grand publics, enseignants et élèves). « Les volontaires suivent le protocole établi avec des associations naturalistes partenaires. Le dialogue avec ces associations est essentiel car il nous permet de nous assurer que le protocole est adapté au niveau de connaissances des participants »  explique-t-il. « Contrairement à ce que l’on pourrait penser il y a parfois des oublis mais peu d’erreurs. Les volontaires n’ont pas l’œil averti d’un naturaliste et passent à côté d’informations. L’envoi de photos permet d’évaluer ces erreurs et d’en corriger certaines » précise-t-il.  Toutes ces collectes concernent les espèces communes que l’on observe sur le territoire français. Car Vigie-Nature a pour objectif de répondre aux questions sur la biodiversité ordinaire en France en suivant différents groupes indicateurs (oiseaux, chauve-souris, plantes, escargots, papillons, pollinisateurs sauvages...). « Le principal risque avec des observateurs non professionnel est le découragement s’ils ne comprenaient pas le protocole. Ils pourraient alors quitter le réseau Ce que nous souhaitons éviter car nos études sont basées sur la masse des informations recueillies année après année» explique-t-il. Beaucoup de ces observateurs sont des habitués.

Et quelles sont les motivations de ces observateurs à participer régulièrement à ces collectes ? « Les motivations sont très variées : l’envie de faire quelque chose d’utile, de participer à un programme de recherche, de se détendre, d’avoir une activité éducative avec des enfants… » détaille Sébastien Turpin. En participant à Vigie-Nature, les enfants mais également les adultes sont davantage sensibilisés à l’environnement et cela se ressent dans les pratiques. « Dans une étude que nous avons menée, des élèves ont déclaré trouver la biodiversité de leur établissement plus intéressante après avoir participé à Vigie-Nature École. Il est difficile de protéger ce que l’on ne connaît pas. Cette sensibilisation à la biodiversité de proximité incite les participants à faire plus attention. Autre résultat, les observateurs qui ont participé à l’étude sur les papillons et les bourdons utilisent par la suite moins de pesticides dans leur jardin » commente le coordinateur de Vigie Nature Ecole.  « On observe actuellement une extinction de l’expérience de nature car la population est de plus en plus urbaine. Vigie-Nature a donc un vrai rôle d’éducation à l’environnement » conclut-t-il.

1http://vigienature.mnhn.fr/

2https://www.vigienature-ecole.fr/ Ce site correspond à la déclinaison pour les scolaires de Vigie-Nature, programme de sciences participatives du MNHN qui vise à surveiller l’évolution de la biodiversité et comprendre les liens entre changements de biodiversité et perturbations humaines.

3 (Thomson et al.2003 ; Smith et al.2006b ; Loram et al, 2008 ; Stewart et al.2009) ; (Cannon et al.2005 ; Davies et al, 2009)

 4 Contrasting impacts of pesticides on butterflies and bumblebees in private gardens (Audrey Muratet, Benoît Fontaine)